aaaanode

La lumière bleue – Est-elle nocive?

Les yeux sont sensibles à une bande étroite de fréquences appelée spectre de la lumière visible. La lumière bleue est de la plus petite longueur d’onde dans tout ce spectre et, étant telle, elle est aussi porteuse de la plus grande énergie. Sa longueur d’onde est généralement définie comme appartenant à la bande de 380 à 500 nanomètres (nm) dans le spectre de la lumière visible. Comme ce dernier s’étend de 380 à 700 nm, la lumière bleue occupe environ le tiers de ses raies. Sa principale source est le soleil, mais sachez que le nombre de sources artificielles de lumière bleue dans l’enceinte de vos maisons est en croissance, qu’il s’agisse de fluorescence, d’électroluminescence ou de la lumière des écrans d’affichage des téléphones intelligents, des tablettes, des ordinateurs et des écrans plats de télévision. Si elle paraît blanche, la lumière des diodes électroluminescentes a une émissivité de pointe dans la bande de la lumière bleue (de 400 à 490 nm). Avec l’évolution de l’éclairage de nos maisons et de nos bureaux et le plus grand recours à l’éclairage direct pour la lecture, l’exposition à la lumière bleue s’accroît.

Exposition à la lumière bleue

L’œil s’y entend à empêcher le rayonnement ultraviolet d’atteindre la rétine, mais il ne réussit pas très bien à bloquer la lumière bleue. Presque toute cette lumière visible traverse la cornée et le cristallin avant d’impressionner la rétine. L’effet de l’exposition à cette lumière est cumulatif et le nombre total d’heures d’exposition est ce qui importe. Chez l’enfant, le cristallin est plus transparent aux ondes courtes comme celles de la lumière bleue, plus en réalité que chez l’adulte, d’où la plus grande sensibilité dans l’enfance aux effets de cette lumière.

L’exposition à la lumière bleue pourrait aussi contribuer à ce qui suit :

Cataracte

Le cristallin chez l’homme absorbe le rayonnement ultraviolet tout au long de la vie et jaunit peu à peu avec l’âge. Au stade des 20 ans, il a assez jauni pour ne plus filtrer qu’une partie de la lumière bleue visible à forte énergie. Toutefois, on a acquis la conviction que cette absorption au gré des ans contribue au vieillissement et à la formation de la cataracte et que la protection contre la double exposition à la lumière bleue et au rayonnement ultraviolet peut retarder les premiers signes de vieillissement tant du cristallin que de la rétine.

Dégénérescence maculaire

Une trop grande exposition à la lumière bleue peut dégrader les cellules photosensibles de la rétine. Il s’ensuit des changements qui ressemblent à ceux de la dégénérescence maculaire avec un risque de perte permanente de vision. Des études démontrent que c’est l’effet cumulatif de l’exposition qui cause cette détérioration et que ce sont les cônes (cellules photosensibles responsables de la vision centrale et de la perception des couleurs) qui en sont surtout touchés, tout comme l’épithélium pigmentaire de la rétine (cellules ayant pour fonction de nourrir les cellules rétiniennes). On relève de la lutéine, pigment bloqueur du bleu, dans une rétine humaine en santé, et on sait que c’est là une protection contre la photodégradation par la lumière bleue. L’heure du jour de l’exposition peut aussi jouer comme facteur d’importance et la recherche se poursuit dans ce domaine.

Fatigue oculaire

Les écrans d’ordinateur et autres appareils numériques émettent de grandes quantités de lumière bleue et, de nos jours, les gens passent de plus en plus d’heures devant ces écrans. Les ondes de lumière bleue à forte énergie se dispersent davantage dans l’œil et sont moins faciles à focaliser. Il en résulte un « bruit visuel » qui nuit au pouvoir contrastant et peut concourir à la fatigue oculaire due aux appareils numériques.

Maux du sommeil

Certaines longueurs d’onde de la lumière bleue peuvent favoriser l’humeur, l’attention, la mémoire et la cognition. Cette lumière joue aussi un grand rôle dans la régulation du rythme circadien, c’est-à-dire du cycle naturel de sommeil et d’éveil de l’organisme. Une exposition appropriée au bon moment à la lumière bleue à forte énergie aide l’organisme à rester alerte et, comme la lumière bleue naturelle (du soleil) décroît le soir, le cycle de repos peut s’amorcer. Ainsi, l’exposition à trop de lumière bleue le soir par les écrans et l’éclairage des maisons risque de nuire à la qualité du sommeil et à l’endormissement et de provoquer de la fatigue dans la journée.

Pour la plupart, les adolescents préfèrent des cycles de sommeil-éveil considérablement décalés par rapport à ceux des enfants plus jeunes ou des adultes. C’est pourquoi l’utilisation d’appareils numériques le soir prédomine chez eux. Cette exposition à la lumière bleue à forte énergie a été démontrée comme ayant un effet suppresseur sur la production de mélatonine, l’envie de dormir et la vivacité matinale.

L’industrie de la santé oculovisuelle a réagi à la situation en créant des filtres et des applications filtrantes qui conditionnent la lumière bleue des écrans à des moments appropriés sans nuire pour autant à la visibilité. Ajoutons que certains fabricants de verres ont mis au point des lentilles avec des films spéciaux anti-éblouissement qui bloquent la lumière bleue à forte énergie.

Un optométriste peut reconnaître le type de verres correcteurs convenant le mieux aux besoins de chacun.

Se tenir en sécurité

Des données expérimentales semblent indiquer que l’exposition à la lumière bleue est moins dommageable dans la bande de 470 à 490 nm que dans la bande de 400 à 470 nm. La création de diodes électroluminescentes d’une émissivité maximale dans une bande plus sécuritaire pourrait représenter un grand pas en avant dans le domaine de la santé oculaire. On se doit de surveiller et de contrôler l’exposition des gens plus jeunes à la lumière bleue. Avec le temps, les atteintes accumulées d’une telle exposition peuvent rendre plus probables et plus graves des états oculaires liés à l’âge comme la dégénérescence maculaire et la cataracte.

Un régime sain riche en légumes verts à feuilles et en fruits de couleur peut accroître la protection des pigments rétiniens et combattre certains effets nocifs de la lumière bleue.

La qualité du sommeil est essentielle à l’attention, l’apprentissage, l’humeur et le bien-être général. On peut réduire au minimum les effets de la lumière bleue sur le cycle du sommeil :

  • en évitant les écrans brillants 2 ou 3 heures avant de se mettre au lit;
  • en recherchant une certaine exposition à la lumière extérieure du jour tôt dans la journée;
  • en limitant le « temps d’écran » à 1 à 2 heures par jour pour les enfants de plus de 2 ans et en le bannissant pour les enfants de moins de 2 ans.
Health Library Category: